Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

DISCOURS DE RENTRÉE DE Mme GIRARDIN, MINISTRE, À CHÂTEAU-THIERRY

31 Août 2016 , Rédigé par FO Services Publics 51 Publié dans #ACTUALITE

Photo Lemonde.fr

Photo Lemonde.fr

 Discours aux agents de la Ville et de

 

 

la Communauté de Communes de Château-Thierry

Mardi 30 Août 2016

 

 

Monsieur le préfet,

Monsieur le député-maire, cher Jacques, Monsieur le sous-préfet,

Madame la présidente de la communauté de communes, Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames et messieurs les agents de la ville, de la communauté de communes, de l’hôpital de Château-Thierry, de l’Etat,

Mesdames et messieurs,

 

 

J’éprouve toujours un grand plaisir à me déplacer à la rencontre des fonctionnaires de notre pays. Et ce plaisir est aujourd’hui d’autant plus grand qu’il n’y a pas une journée où je n’entends parler de Château-Thierry.

 

Il y a d’abord mon ami Jacques Krabal, avec qui j’ai partagé les bancs de l’Assemblée nationale et qui est un inlassable ambassadeur du Sud de l’Aisne. Mais plus que cela : il est un ambassadeur de ses habitants et un défenseur des fonctionnaires. Contre les clichés. Contre les attaques incessantes à leur encontre. Pour l’amélioration de leurs conditions de travail.

 

Un autre ambassadeur de votre territoire, c’est évidemment Sébastien Eugène, mon chef de cabinet, dont je connais l’attachement à sa région, et qui est aussi votre adjoint aux finances. Sébastien réussit parfaitement à concilier son engagement pour votre ville et ses lourdes charges auprès de moi. Vous savez, je fais partie de ceux qui estiment qu’un ancrage local et la confrontation avec les réalités du terrain est toujours un atout.

 

Me voici donc enfin à Château-Thierry, pour mon plus grand plaisir. J’ai d’ailleurs eu hier soir un aperçu des atouts de votre territoire, en particulier un atout que je qualifierai de… pétillant et rafraichissant...

 

RENTREE SCOLAIRE

 

Je me suis surtout rendue ce matin à l’école Bois Blanchard. Car comme le disait Jean de La Fontaine… – cher Jacques, ce doit être contagieux ! – « Quiconque ne voit guère, n'a guère à dire aussi. ».

J’ai rencontré les équipes mobilisées pour la rentrée scolaire. Et je dois dire que le terme d’équipe « mobilisée » n’est pas galvaudé. Des échanges que nous avons eus, j’ai bien mesuré  à quel point chacun avait à cœur de préparer au mieux la rentrée et, au-delà, de permettre la réussite éducative de chaque enfant.

 

La rentrée scolaire est un moment privilégié pour rendre un hommage appuyé à tous les agents publics, qui en France, travaillent chaque jour pour accueillir, éduquer, éveiller, les enfants dans les meilleures conditions possibles : les enseignants, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), les animateurs des accueils de loisirs sans hébergement (ALSH), les intervenants des nouvelles activités périscolaires (NAP), les agents des directions de l’éducation, de la jeunesse, et tous les agents des services techniques qui interviennent très régulièrement dans les écoles… tous jouent un rôle essentiel dans l’école.

 

Certains pourraient dire que je ne suis pas très objective car en effet, j’ai moi-même été animatrice municipale à Saint-Pierre- et-Miquelon, avant d’entrer dans la fonction publique d’Etat  en tant que conseillère de jeunesse et d’éducation populaire. Mais au-delà de ce petit détour par mon archipel, je suis convaincue que la réussite éducative est un travail collectif. C’est aussi un travail particulier. Il y a besoin d’humain, de réactivité, d’un sens de l’intérêt général.

 

UN METIER PAS COMME LES AUTRES

 

Car être agent public, ce n’est pas un métier comme un autre. Nous avons encore constaté leur extraordinaire mobilisation lors des attentats qui ont endeuillé notre pays. Dans ces situations d’urgence, ils ont tout fait pour protéger, soigner et accompagner nos concitoyens.

 

Les métiers de la fonction publique sont ancrés dans les drames de notre époque. Dans de tels moments, la fonction publique fait office de rempart et les fonctionnaires de sentinelles. Par leur engagement, ils sont les garants de l’équilibre social et de nos principes fondamentaux de liberté, d’égalité, de fraternité.

 

L'action publique est portée par des femmes et des hommes  qui ont décidé de se mettre au service de la communauté nationale, des femmes et des hommes qui tous les jours, partout en France, construisent la République en actes et pérennisent son héritage. Des femmes et des hommes comme vous.

 

DEJOUER LES CRITIQUES

 

Et malgré cela, malgré les hommages appuyés après chaque drame, les critiques à l’encontre des fonctionnaires ont rarement été si fortes. Car il y a une maladie dans notre pays : c’est la schizophrénie de vouloir toujours plus de services publics et toujours moins de fonctionnaires.

 

On veut des rendez-vous à l’hôpital le plus rapidement possible, on veut lutter contre la désertification en milieu rural, on veut un égal accès des citoyens aux services publics, on veut des classes de 20 élèves… mais sans fonctionnaires !

 

Depuis plusieurs semaines, les fonctionnaires sont la cible d’attaques politiques incessantes. Le climat dans notre pays est suffisamment pesant sans qu’il n’y ait besoin de s’en prendre à une seule catégorie de travailleurs.

 

Moins 300 000 fonctionnaires… moins 600 000… moins 1 million ! Tout cela en baissant le chômage ! Qui dit mieux ?

 

Non, les fonctionnaires et les services publics ne doivent pas être la variable d’ajustement de la primaire de droite ! Il faudra aussi m’expliquer où ces suppressions de poste auront lieu : dans l’éducation nationale ? Dans les hôpitaux ? Votre fabuliste le résumait si bien : « L'homme est de glace aux vérités ; Il est de feu pour les mensonges. »

 

Vous l’éprouvez au quotidien, les fonctionnaires sont souvent l’objet de représentations caricaturales. Les clichés sont tellement communs que nous nous y sommes trop habitués. Eh bien je crois justement qu’il ne faut pas s’y habituer ! A l’image de la campagne nationale contre les clichés lancée en 2015, chacun de nous doit lutter contre ce qui nuit injustement à l’image et au travail des fonctionnaires.

 

A côté de ce combat, il faut aussi avoir un discours positif. C’est ce que je fais à chacun de mes déplacements, dans chacune de mes interventions, ou encore avec l’organisation  de la 1ère journée de la fonction publique – et je reconnais ici quelques personnes qui y ont participé.

 

CHANTIERS POUR REDONNER DU SENS

 

Le combat que je porte, c’est de redonner confiance aux fonctionnaires, qu’ils soient fiers de leur métier et qu’ils prennent la mesure de leur utilité pour l’ensemble de la  société. Autrement dit, mon objectif est de redonner du sens aux missions des fonctionnaires. Cela passe par un ensemble de mesures que le gouvernement, sous l’autorité du Président de la République, a mis en place depuis 2012 ou qu’il nous reste à accomplir dans les prochains mois.

 

Redonner du sens, c’est acter de nouveaux droits pour les fonctionnaires. La nouvelle loi de déontologie rappelle avec force les valeurs qui doivent être respectées par tous les fonctionnaires. Elle favorise la transparence pour éviter les conflits d’intérêts et protège, pour la première fois, les lanceurs d’alerte. L’employeur public a aussi l’obligation de protéger juridiquement l’agent et même sa famille, en cas de menaces liées à sa mission.

 

Redonner du sens, c’est aussi réaffirmer les devoirs des fonctionnaires. Et le premier d’entre eux, c’est le devoir d’exemplarité. La fonction publique et ses fonctionnaires se doivent d’être exemplaires, c’est la condition de leur  efficacité. Car la principale mission de notre institution, c’est de servir nos concitoyens, de leur servir mieux et partout.

 

Pour cela, j’ai la conviction que notre fonction publique doit aller vers plus de souplesse et de réactivité. Elle doit être à l’écoute des demandes de nos concitoyens.

 

Redonner du sens à la fonction publique, c’est clarifier les règles républicaines de laïcité. Le principe de laïcité et de neutralité est désormais inscrit dans le statut du fonctionnaire. Ces principes et leur application doivent désormais être pris en compte dans la formation professionnelle de tous les agents publics.

 

J’ai également installé une Commission laïcité, qui me remettra en décembre ses conclusions pour apporter des réponses concrètes et cohérentes aux agents confrontés à des situations compliquées, en particulier lorsque la laïcité n’est pas respectée.

 

Redonner du sens, c’est favoriser l’accès de la fonction publique aux jeunes. En 2015, le nombre d’apprentis de 16 à 25 ans dans la fonction publique de l’Etat a été multiplié par quatre. Oui, par quatre ! C’est une grande réussite et nous n’en restons pas là : en 2016, l’objectif est de 10 000 nouveaux apprentis dans la fonction publique de l’Etat. Et je salue les collectivités locales, qui restent les plus grands employeurs d’apprentis dans la fonction publique.

 

Redonner du sens, c’est lutter contre toutes les  discriminations. Et nous avons pris un ensemble de mesures :

  • contre les discriminations entre les femmes et  les hommes
  • contre les discriminations selon que l’on vient de métropole ou des outre-mer
  • contre les discriminations à l’égard des personnes en situation de handicap
  • contre les discriminations liées à l’origine.

Dans notre République, ces discriminations ne sont pas acceptables ; elles favorisent l’exclusion, le repli. Le projet de loi « Egalité et Citoyenneté » actuellement au Parlement apportera de premières réponses. Une mission est également  en cours pour diversifier encore plus les recrutements dans les écoles de service public, notamment au travers des classes préparatoires intégrées. Enfin, j’ai souhaité que la réalisation d’un service civique soit prise en compte dans le cadre des épreuves des concours.

 

Redonner du sens, c’est améliorer les conditions de travail des fonctionnaires et l’exercice de leur métier.

Deux grandes concertations avec les organisations syndicales doivent aboutir d’ici la fin de l’année:

  • Une concertation sur les conditions de travail des fonctionnaires et plus précisément sur la sécurité et la santé au travail.

  • Une    autre    concertation    sur    la    formation    et    les compétences des agents.

 

Ces concertations seront l’occasion d’aborder sereinement les questions du compte personnel d’activité dans la Fonction publique ainsi que l’accompagnement des évolutions professionnelles.

 

Redonner du sens, c’est innover et consulter régulièrement les agents. A travers un dialogue social constant avec les organisations syndicales, et aussi par des échanges directs. Ce jeudi, je lancerai à Strasbourg la consultation « Ma Fonction publique se réinvente » où des agents donneront leur avis sur de nouveaux défis tels que le numérique ou l’innovation managériale.

 

Redonner du sens, c’est n’avoir aucun tabou. Nous n’en avons pas eu quand nous avons mis fin au jour de carence. Certains nous le reprochent. Mais fallait-il laisser ce jour pour les fonctionnaires alors que dans le privé les jours de carence ne sont pas appliqués dans la majorité des cas ? Il peut y avoir  des abus dans la fonction publique et il faut lutter contre eux car cela nuit à l’efficacité et à l’image du service public. Mais il ne faut pas faire d’amalgame : le jour de carence était une mesure punitive qui touchait tous les fonctionnaires.

 

Nous n’avons pas non plus de tabou quand il s’agit du temps de travail. Un rapport m’a été remis en juin et il a clairement montré que l’on travaillait quasiment autant dans le privé que dans le public. Certains dysfonctionnements existent néanmoins et plusieurs groupes de travail seront mis en place dans les prochaines semaines pour tirer les enseignements nécessaires.

 

Redonner du sens, c’est reconnaitre le travail des agents à leur juste valeur. Vous le savez, le gouvernement a décidé de dégeler le point d’indice, bloqué depuis 2010. Cette revalorisation est très concrète puisque dès ce 1er juillet, les salaires ont été revalorisés de 0,6 %. Une hausse supplémentaire de 0,6 % s’appliquera au 1er février 2017, soit 1,2 % au total.

 

Mais le gouvernement n’a pas attendu 2016 pour revaloriser les rémunérations des agents publics. Une hausse a bénéficié à tous les agents de catégorie C en 2014 et en 2015. Et fin 2015, le protocole parcours professionnels, carrières et  rémunérations dit PPCR a été acté. Ce dispositif ambitieux vise à mieux accompagner les agents dans leurs carrières et comporte une revalorisation des grilles. Par exemple, pour les fonctionnaires territoriaux de catégorie C en début de carrière, le gain mensuel à la fin du processus de revalorisation sera de 40 euros bruts par mois. Cela nécessite d’adapter plus d’une centaine de textes statutaires d’ici la fin de l’année.

 

CONCLUSION

 

Vous le voyez, ces chantiers pour la fonction publique ne manquent pas. Cette rentrée s’avère cruciale et mes collaborateurs de cabinet seront particulièrement mobilisés  tout comme l’ensemble de mon administration. Mes  conseillers sont d’ailleurs tous ici présents aujourd’hui car nous organisons le séminaire de rentrée du cabinet dans le Sud de l’Aisne. Nous allons donc avoir le privilège de découvrir votre belle région.

 

Je remercie chaleureusement Jacques Krabal pour la qualité de son accueil. Mes remerciements également à Michèle Fuselier avec qui j’ai pu échanger hier à Brasles, ainsi que Georges Fourré et Claude Langrene qui nous accueilleront cet après- midi à Charly-sur-Marne.

 

Pour conclure – et avant de répondre aux représentants syndicaux qui ont souhaité dialoguer avec moi – je voudrais vous inviter à vous saisir de cette question : quelle place voulons-nous donner à la fonction publique dans le monde de demain ? C’est un sujet qui me tient à cœur et j’ai souhaité que le Conseil économique, social et environnemental, qui est composé des forces vives de la Nation, en soit saisi. J’attends son rapport pour la fin de l’année.

 

En tout cas, ma position est sans nuance : la fonction publique doit rester l'un des piliers de notre République et un repère pour les Français. C’est d’ailleurs là que réside sa force : dans son enracinement dans le temps, dans sa continuité au service de tous les Français ainsi que dans les principes qui la fondent.

 

En tant que Ministre de la Fonction publique, je fais confiance aux fonctionnaires, je vous fais confiance pour vous saisir de ces enjeux cruciaux au service des Français, pour être fiers de ce que vous faites. Ensemble, redonnons du sens à la fonction publique.

 

Bonne rentrée à tous !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article