Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

HANDICAP

17 Décembre 2016 , Rédigé par FO Services Publics 51

HANDICAP

« Nous allons réduire le montant

des aides financières pour les handicapés »

 

Directeur de l’Institut le Val Mandé, un établissement de la FHP, Dominique Perriot succède à André Montané à la présidence du FIPHFP.

André Montané, votre prédécesseur, est parti en mars… votre élection a-t-elle un peu tardé?

C’est vrai ! Le fonds fonctionnait toujours, mais il n’y avait plus de comité national, qui a pu se reconstituer seulement après la parution du décret le 2 novembre dernier. Ce qui a joué en ma faveur, c’est que je connais bien le FIPHFP : j’y représente la Fédération hospitalière de France depuis 2011 et j’étais rapporteur de la commission des finances ces dernières années. J’ai été élu pour deux ans, jusqu’aux élections professionnelles de 2018.

 

Vous représentez donc la fonction publique hospitalière ?

Oui et c’est bien normal. Monsieur Fontana, le premier président représentait la fonction publique d’Etat et André Montané, la fonction publique territoriale. Mais, à vrai dire, la fonction publique hospitalière est la plus en retard en terme d’obligation légale, puisque son taux d’emploi de personnes en situation de handicap est de 5,41% seulement.

Pourquoi ce retard ?

La FPH génère en soi beaucoup de handicaps : dans les hôpitaux, les foyers d’accueils, les maisons de retraite, c’est courant par exemple d’avoir des problèmes de dos. Or, c’est difficile de maintenir les salariés en emploi, et même de les intégrer. Le secteur comprend beaucoup de petits établissements, qui offrent surtout des emplois en contact avec les usagers. Il y a peu de services administratifs comme dans les collectivités territoriales par exemple : dans les mairies ou les département, les postes sont plus variés. Mais nous avons fait beaucoup de progrès ces dernières années.

Comment envisagez-vous l’avenir du fonds ?

Le FIPHFP est financé par les contributions des établissements. Comme le taux d’emploi s’accroît, ses revenus diminuent… Il faut aussi penser à un élément qui n’était pas envisagé, la situation des personnes embauchées il y a 2 ou 3 ans qui ont toujours besoin de notre soutien. Le fonds va être contraint de réduire le montant des aides financières. Mais nous ne sommes pas qu’un guichet financier et il y a fort à faire pour promouvoir l’insertion, à travers l’apprentissage et la formation des jeunes notamment.

 

Pensez- vous qu’il faille revoir le financement ?

Il faudrait y réfléchir car à terme le FIPHFP ne pourra plus fonctionner correctement. Depuis trois ans, les dépenses étaient supérieures aux recettes, mais le fonds puisait dans ses réserves. Elles s’amenuisent et nous devons trouver une autre solution. Il faut également mieux gérer notre action : on ne peut pas faire autrement que de revoir nos dépenses à la baisse. A priori, beaucoup a été fait pour l’accessibilité (plans inclinés, ascenseurs) et nous pouvons espérer que ce poste soit moins important.

A lire aussi

Un meilleur fonctionnement du fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique

Emploi et handicap : 6,22 %, un taux record pour la fonction publique territoriale

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article