Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

EVOLUTION PROFESSIONNELLE

20 Février 2017 , Rédigé par FO Services Publics 51

EVOLUTION PROFESSIONNELLE

EVOLUTION PROFESSIONNELLE STATUT ATSEM

 

Annick Girardin en appelle aux maires

 

Annick Girardin a détaillé, lundi 13 février 2017, le plan d'actions qu'elle compte mettre en œuvre pour que la situation des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) soit améliorée d'ici la rentrée prochaine. Si certaines mesures relèvent du gouvernement, la plupart sont renvoyées au bon sens des élus.

La réaction d’Annick Girardin, après deux journées de mobilisation, en décembre 2016 et le 1er février dernier, était très attendue des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem). La ministre de la Fonction publique a finalement pris la parole, lundi 13 février 2017, à l’occasion de la remise officielle du rapport du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale sur ce cadre d’emploi.

A lire aussi

Rendant hommage à un « métier noble » et « humainement valorisant », Annick Girardin reconnaît les difficultés signalées par le rapport du Conseil Sup’, à savoir « des missions trop floues, des conditions de travail parfois extrêmement difficiles », « un manque de débouchés et de perspectives ».

Aussi souhaite-t-elle engager des réunions de travail, selon un calendrier précisé dans les deux semaines à venir explique Jésus de Carlos (rapporteur CGT pour le CSFPT). Premier chantier évoqué, celui de la redéfinition du rôle des Atsem face à la « double hiérarchie » mairie/Education nationale. Annick Girardin sollicite pour cela les syndicats, mais aussi l’Association des maires de France (AMF).

L’encouragement indispensable des employeurs locaux

La ministre de la Fonction publique, tout en remarquant que la pénibilité du travail d’Atsem est rarement considérée, souhaite qu’une étude sur leurs conditions de travail soit lancée, en lien avec le ministère de l’Education nationale, « le plus rapidement possible », pour renforcer la prévention des risques. « Je m’engage à ce que leurs conditions de vie au travail soient améliorées, notamment à travers le droit au reclassement. »

Interrogée par La Gazette sur la requête principale du collectif « Atsem de France » pour améliorer les conditions de travail – un Atsem par classe – Annick Girardin dit préférer parler d’un taux d’encadrement (nombre d’Atsem rapporté au nombre d’enfants) « parce que les situations sont différentes d’un territoire à l’autre, le nombre d’enfants par classe varie d’une commune à l’autre », explique-t-elle. En d’autres termes, la fixation du nombre d’Atsem nécessaires est renvoyée aux communes. Elle estime par ailleurs que « certains temps d’activités nécessitent plus que d’autres la présence des Atsem et qu’il faut distinguer les périodes de travail de l’Atsem avec les enfants de celles qu’elles effectuent sans les enfants ».

Enfin, parce que « les agents expriment un besoin légitime d’évolution de statut », elle assure que sera facilité « le passage des Atsem qui le souhaitent vers la catégorie B dans d’autres filières ». « Sur ce sujet, le rôle des employeurs est à nouveau souligné : ils doivent encourager aux évolutions professionnelles pour permettre des carrières riches et stimulantes. Ils doivent renforcer la validation des acquis d’expérience (VAE) et les formations de préparation aux concours. » Elle ajoute que « dans le cas d’une inaptitude professionnelle, ils doivent accompagner les agents vers des reclassements ». Et de suggérer les reclassements vers des fonctions d’agent administratif.

A lire aussi

« Le statut d’Atsem n’a pas évolué depuis 1992 »

 

« La mobilisation doit se poursuivre »

« Est ce que les maires vont suivre ? », s’inquiète Gaëlle Le Nôtre, porte-parole du collectif « Atsem de France ». « Le calendrier des négociations n’étant pas fixé, et vu le peu de temps qu’il nous reste avant la fin du quinquennat, nous craignons que cela ne reste que de belles annonces » confie-t-elle, tout en observant que ce lundi 13 février aura cependant permis un coup de projecteur sur ce cadre d’emploi bien plus important que lors des deux dernières journées de mobilisation nationale.

La FA-FPT, par la voix de Bruno Collignon, observe aussi que les échéances électorales pourraient avoir une incidence sur l’aboutissement des discussions, « mais les engagements pris aujourd’hui permettront de faire valoir les étapes gravies auprès du prochain gouvernement et le mettre face à ses responsabilités ». La majorité des organisations syndicales se sont ainsi dites satisfaites des actions engagées, et prêtes pour la poursuite des travaux, à l’instar de l’Unsa qui voit « enfin des perspectives » avec le possible passage en catégorie B.

La CGT relève, elle, qu’ « il s’agit d’une première victoire qui appelle la mise en œuvre rapide de mesures concrètes. La mobilisation et l’action des personnels Atsem ont été déterminantes et doit se poursuivre ». Elle recommande aux Atsem de « maintenir [la] vigilance et [se] saisir de la journée de mobilisation » de la Fonction publique prévue le mardi 7 mars prochain pour exiger « un calendrier concret de mise en œuvre », « la création d’un poste par classe, à temps complet » mais aussi « l’intégration statutaire des ‘faisant fonction’ ». La CFDT prévient, elle, qu’elle ne se laissera « pas berner par des avancées qui n’en sont pas. Ainsi, promettre un accès en catégorie B ou le reclassement alors que c’est déjà possible ne sont que de belles paroles. Belles paroles qui en plus ne dépendent que du bon vouloir des employeurs locaux ».

La gazette des communes : Article publié le mardi 14 février 201Publié le 14/02/2017 & Claire Boulland

 

Rapport ATSEMhttp://www.lagazettedescommunes.com/wp-content/uploads/2017/02/rapport-atsem1.pdf

 

RÉFÉRENCES

Rapport du CSFPT sur les Atsem

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article