Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

SALAIRE

18 Juillet 2017 , Rédigé par FO Services Publics 51

SALAIRE

Le gel du point d’indice

sans concertation inquiète les syndicats

Le gel du point d’indice est donc acté. Les syndicats le déplorent mais ne s’en étonnent pas, Gérald Darmanin les avait prévenus le mois dernier lors de leurs premières rencontres pour l'année 2017. En revanche, ce qui surprend, c’est la méthode du ministre de l’Action et des Comptes publics : une décision prise sans concertation avec les syndicats. De quoi les laisser songeurs sur l’avenir du dialogue social.

La revalorisation du point d’indice, ce ne sera ni pour cette année, ni pour 2018. Gérald Darmanin l’a déclaré jeudi 29 juin sur France 2, puis ce vendredi au micro de BFMTV-RMC suite à la présentation du rapport de la Cour des comptes intitulé «Situation et perspectives des finances publiques ».

Après dix années de gel, le gouvernement précédent avait accordé deux revalorisations successives de 0,6% en juillet 2016 puis février 2017 et lancé l’idée d’en rediscuter chaque année  pour rebooster le pouvoir d’achat des agents. Lesquels, rappelle à cet égard Solidaires ce vendredi, « ont subi d’importantes pertes cumulées : 18,48 % depuis 2000, 21,5% depuis 1995 ». L’Insee indiquait en mars dernier qu’en 2015, et pour la deuxième année consécutive, le salaire net moyen avait progressé de 0,8% dans la fonction publique territoriale (il avait baissé de façon ininterrompue de 2010 à 2014) pour atteindre un revenu net moyen de 1 890 euros pour un équivalent temps plein.

 

Pour Gérald Darmanin cette décision « ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas pendant tout le quinquennat ». Pas de quoi pour autant rassurer les organisations syndicales, qu’il avait rencontrées pour la première fois en mai dernier. Car ce n’est pas tant le fond – Gérald Darmanin leur aurait laissé sous-entendre ce gel – que la forme qui les préoccupe : ils ont appris cet arbitrage par voie de presse.

Dialogue social biaisé ?

Baptiste Talblot, secrétaire général CGT services publics, explique à La Gazette sa « colère » et les raisons de son appel à la mobilisation le 12 septembre prochain : « Quelle sera désormais la marge de manœuvre des organisations syndicales, à qui le gouvernement a promis l’organisation d’un rendez-vous salarial avant la fin de l’année, pour débattre de ce type de sujets ? »

« A l’évidence lorsque le ministre de l’Action et des Comptes publics a besoin de faire des coupes budgétaires, nul besoin de discussion. Il suffit qu’il s’adresse à lui-même puisqu’il est également en charge de la fonction publique », constate Solidaires.

Rendez-vous au CCFP

L’Uffa-CFDT est également consternée : « Encore une fois les agents sont considérés comme une variable d’ajustement budgétaire et présentés comme une charge. […] Construisons un dialogue social à la hauteur des enjeux ! » La FA-FPT, par la voix de son président Bruno Collignon, s’inquiète quant à elle de ce contexte et de ce « à quoi va bien pouvoir servir ce rendez-vous salarial si les arbitrages sont déjà faits, et les débats biaisés ». L’Unsa Fonction publique continue pour sa part de croire à son intérêt pour discuter, notamment, de la « rémunération des agents de catégorie C, des titulaires et des contractuels ».

Alors que le Conseil commun de la Fonction publique (CCFP) présidé par Gérald Darmanin se tiendra le 10 juillet prochain, la FSU « demande de revenir sur cette annonce et d’engager une véritable concertation avec les partenaires sociaux ».

L’ambiance promet d’être houleuse pour cette première plénière du quinquennat.

La gazette des communes : Article publié le vendredi 30 juin 2017 & Claire Boulland

RÉFÉRENCES

Cet article est en relation avec les dossiers

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article