Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

DIALOGUE SOCIAL

26 Juillet 2018 , Rédigé par FO Services Publics 51

 

Fonction publique - Recours élargi au contrat et amélioration du dialogue social : ce qu'entend faire le gouvernement

 

L'exécutif a confirmé ce 18 juillet vouloir créer, en matière d'emploi public, un contrat spécifique à la conduite de certains projets. Il avait donné rendez-vous aux syndicats et aux employeurs publics pour un point d'étape de la concertation sur les réformes de la fonction publique. La veille, le Conseil commun de la fonction publique s'est réuni pour l'examen de cinq projets de décret.

L'Unsa a fait part de sa "déception", tandis que la FSU a déclaré "ne pas avoir été entendue". Du côté de la CFDT Fonction publique, la secrétaire générale, Mylène Jacquot a été plus nuancée : "On n'a pas parlé complètement dans le vide", a-t-elle déclaré à l'AFP, ajoutant toutefois qu'elle n'a pas oublié "tous les désaccords sur l'ensemble des sujets".
Ce 18 juillet, à l'issue d'une nouvelle rencontre avec le secrétaire d'Etat en charge de la concertation visant à "refonder le contrat social avec les agents publics", à laquelle participaient aussi les représentants des employeurs publics, les responsables des organisations syndicales ont donc jugé avec sévérité le gouvernement. Il s'agissait de faire un point d'étape sur les deux premiers "chantiers" ouverts par ce dernier, respectivement les 9 avril et 15 mai, à savoir 
la rénovation du dialogue social et le recours élargi au contrat.

Un CDD d'une durée maximale de six ans

Le contrat "de projet" ou "de mission" que le gouvernement entend créer, doit permettre aux employeurs publics de "s’adjoindre temporairement des compétences spécifiques de tous niveaux pour la conduite de projets", a précisé le secrétaire d'Etat dans un communiqué. La nature des métiers et filières publics concernés pourrait être détaillée lors d'"échanges techniques" programmés "à la rentrée". Selon des informations communiquées le 4 juillet aux syndicats, le nouveau contrat pourrait prendre la forme d'un CDD d'une durée maximale de six ans et permettrait le recrutement aussi bien de contractuels de la fonction publique que de salariés du secteur privé et de fonctionnaires. Ouvert aux agents des catégories A, B et C, il pourrait prendre fin par anticipation, dès la réalisation de la mission. 
Les syndicats mettent en avant le risque d'une aggravation de la précarité dans la fonction publique, alors que près d'un million d'agents sont aujourd'hui des contractuels. "L’amélioration des conditions d’emploi des contractuels" sera au menu d'une réunion technique qui se tiendra à la rentrée, a précisé le secrétaire d'Etat.

Fusion des instances de dialogue

Concernant le premier axe de la concertation, le gouvernement a confirmé les annonces faites le 12 juin dans une communication en conseil des ministres. Une nouvelle instance "chargée des questions collectives" sera créée par la fusion des comités techniques et des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Elle sera compétente pour "les questions d'organisation et de fonctionnement des services, de conditions de travail ou encore sur les politiques RH essentielles au déploiement d'une gestion des compétences dans la fonction publique", a détaillé Bercy.
Au-delà d’"un certain seuil d’effectifs", a aussi indiqué le ministère, la nouvelle instance pourra comporter une formation spécialisée dédiée aux questions d’hygiène, de santé et de conditions de travail, alors que les syndicats préfèrent la préservation d'une organisation indépendante du comité technique.

Un projet de loi en 2019

Les commissions administratives paritaires, qui traitent aujourd'hui des carrières individuelles, ne seraient plus obligatoirement consultées sur les questions de mobilités ou d'avancements et de promotions. De plus, leur rôle serait recentré sur "l’examen des situations individuelles les plus délicates".
Bercy a déjà indiqué que cette nouvelle organisation serait mise en place progressivement d'ici 2022 et qu'en tout cas, les représentants du personnel qui seront désignés lors des élections professionnelles du 6 décembre prochain siégeront dans un premier temps dans des instances inchangées.
Le gouvernement organisera au mois d'octobre un deuxième point d'étape sur les chantiers ouverts respectivement le 28 mai et le 2 juillet (
individualisation des rémunérations et accompagnement renforcé des mobilités et transitions professionnelles). Il compte déposer  un projet de loi sur la fonction publique au premier semestre 2019.

Localtis.infos : Article publié le Jeudi 19 Juillet 2018 & Thomas Beurey / Projets publics

 

Conseil commun de la fonction publique : hausse de CSG, bourse de l'emploi, épargne-temps... 

La veille du point d'étape sur la concertation qui a été engagée au printemps, le secrétaire d'Etat, les représentants des syndicats et des employeurs publics s'étaient déjà réunis, cette fois dans le cadre d'une séance du Conseil commun de la fonction publique (CCFP). A l'ordre du jour ce 17 juillet : cinq projets de décret portant sur les conditions d’emploi des agents publics, dont "deux visant à mettre en œuvre des engagements pris lors du rendez-vous salarial du 18 juin dernier", précise Bercy dans un communiqué.

Un projet de décret a pour but de corriger l'effet négatif du transfert "primes-points" prévu par le plan sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) pour les agents qui ont les primes les plus faibles. Il s'agit d'assurer "une stricte compensation de la hausse de CSG" et ce "de manière rétroactive à partir du 1er janvier 2018", assure Bercy.

Un autre texte permet la mise en œuvre de la publication des offres d'emplois sur le portail de l'emploi public, commun aux trois versants, qui sera opérationnel à compter du 1er janvier 2019. Cette bourse de l'emploi unique avait été mise en chantier sous le précédent quinquennat.

Le CCFP a également examiné deux projets de décrets - pris en application d'une loi du 13 février 2018 - visant à faciliter le don de jours de repos d’un agent public à un autre agent public, si ce dernier "apporte une aide continue à une personne souffrant d’une maladie grave ou d’un handicap sévère".

Enfin, au menu de l'instance consultative figurait 
un projet de décret permettant la portabilité du compte épargne-temps (CET) lorsque les agents passent d'un versant de la fonction publique à un autre. Prévu par une ordonnance du 13 avril 2017, ce projet de texte abaisse de vingt à quinze jours le seuil à partir duquel un agent de la fonction publique territoriale peut demander l’indemnisation des jours épargnés sur son CET. Le gouvernement avait annoncé cette mesure lors du rendez-vous salarial du mois dernier.
 

 

LIRE AUSSI

 

Modernisation de la fonction publique : le gouvernement dévoile sa feuille de route pour la concertation

07/03/2018

 

Action publique 2022 - Rémunération au mérite, contractuels... Un premier train de mesures centrées sur les agents publics

01/02/2018

 

 

 

L'intégralité du rapport Cap 22 dévoilée par un syndicat

 

 

Défloré dans ses grandes lignes par Le Figaro il y a quelques jours, le rapport du Comité action publique 2022 que le gouvernement comptait ne publier qu'à l'automne prochain, a été mis subrepticement en ligne ce vendredi 20 juillet par un syndicat, en l'occurrence Solidaire Finances publiques (voir lien ci-dessous).

Plutôt que de le dévoiler d'un bloc lors de sa remise, puis de livrer ses arbitrages, le Premier ministre espérait en présenter les seules mesures retenues "au fur et à mesure" des réformes (fiscalité, accès aux soins...), de juillet à octobre, avant de le publier. Une manière de ne pas focaliser l'attention sur le chiffre global de 30 milliards d'euros d'amélioration des comptes publics, mais plutôt sur les différents axes de "transformation". Lors de l'installation du comité d'une quarantaine d'experts, l'entourage du Premier ministre avait d'ailleurs bien précisé qu'il était "consultatif" et non "décisionnel". Les présidents des commissions des Finances à l'Assemblée nationale et au Sénat, Eric Woerth (LR) et Vincent Eblé (PS), ont réclamé ces derniers jours la publication sans tarder du rapport.

Philippe Laurent, secrétaire général de l’Association des maires de France (AMF) et membre du comité, a expliqué jeudi dans un communiqué avoir participé aux travaux parce qu’"il est préférable d’être présent et de défendre directement son point de vue" et parce que "certaines idées intéressantes – comme par exemple la lutte contre les doublons entre l’Etat et les collectivités locales - devaient être mises sur la table". Il rappelle en outre qu'"au début du printemps, plusieurs membres du comité ont clairement manifesté leur très grande réserve" sur "certaines propositions radicales, comme la quasi disparition des communes ou encore la généralisation du contrat dans la fonction publique".
Solidaire Finances publiques indique aujourd'hui sur son site avoir jugé bon de mettre ce document de 150 pages "à disposition de toutes et tous, sans aucun commentaire ni analyse à ce stade".

Localtis.infos : Article publié le Jeudi 20 Juillet 2018 & C.M.

 

Les 22 axes de propositions développés dans le rapport
- Refonder l’administration autour de la confiance et de la responsabilisation
- Bâtir un nouveau contrat social entre l’administration et ses collaborateurs
- Investir dans le numérique pour offrir un service public augmenté, plus efficient et qui réinvente ses relations avec les usagers 
- Assurer le "dernier kilomètre" du service public dans un monde numérique
- Réduire le renoncement aux soins, améliorer l’espérance de vie en bonne santé et désengorger l’hôpital
- Retarder l’entrée dans la dépendance et mieux prendre en charge les personnes concernées 
- Simplifier la vie des personnes en situation de handicap et celle de leurs proches 
- Réduire les inégalités et placer la France dans les 10 meilleurs systèmes éducatifs mondiaux
- Augmenter et améliorer l’accueil dans l’enseignement supérieur en différenciant l’offre
- Mettre le demandeur d’emploi en capacité de construire sa recherche d’emploi
- Se loger mieux à moindre coût
- Simplifier les dispositifs sociaux au titre de la solidarité nationale et mieux accompagner ceux qui en ont le plus besoin
- Réduire les délais de jugement

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article