Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

DÉCENTRALISATION

25 Janvier 2019 , Rédigé par FO Services Publics 51

Grand débat : Emmanuel Macron prêt à « rouvrir la loi NOTRe » 

Lors d’un exercice de questions-réponses de plus de 6h30 avec des maires normands, le Président s’est montré prêt à « rouvrir la NOTRe » et à assouplir la limitation à 80 km/h. « Il n’y a personne dans mes prédécesseurs depuis le général de Gaulle qui a fait plus pour les maires que moi », s’est-il félicité en ouverture du grand débat.

Promis-juré, assurait-on à l’Elysée, Emmanuel Macron ferait court. Le chef de  l’Etat était avant tout là pour écouter les maires normands, porte-voix du désarroi de leurs administrés. Manqué.

Lors du lancement du grand débat, le 15 janvier à Grand Bourgtheroulde (Eure), il a répondu point par point à chacune des questions des édiles. Un échange de plus de six heures trente au cours duquel il a abordé une multitude de sujets, des normes-incendies à l’avenir de la maternité de Bernay, en passant par les horaires modulaires des TER et le sort des syndicats de bassins versants dans le dispositif GEMAPI.

L’occasion pour le chef de  l’Etat de crever l’abcès avec les élus. « On m’a reproché beaucoup de choses. Mais il n’y a personne dans mes prédécesseurs depuis le général de Gaulle qui a fait plus avec et pour les maires que moi », s’est-il félicité. Et Emmanuel Macron de vanter le maintien des dotations aux collectivités, là où François Hollande, qu’il s’est gardé de citer, les avait baissées de « 11,8 milliards ».

Au chapitre de la réforme des concours financiers  de l’Etat, il a renvoyé les édiles à leurs responsabilités. « Ce sont les élus qui ont créé les 42 critères de la DGF », a-t-il pointé.

À LIRE AUSSI

Vers un retour du cumul des mandats ?

Devant des maires toujours très remontés contre la réforme territoriale, il a promis de « redonner de l’oxygène aux élus locaux ». « L’intercommunalité forcée, les réorganisations pendant des années et la régionalisation accélérée  ont donné le sentiment qu’on s’éloignait », a reconnu Emmanuel Macron. Pour le Président, il convient maintenant de « remettre de la responsabilité au plus près du terrain ». « Donc, moi, je suis prêt à rouvrir la loi NOTRe », a-t-il annoncé, pour le plus grand plaisir sur les réseaux sociaux du président de l’Association des maires ruraux de France, Vanik Berberian.

Emmanuel Macron a aussi affiché son ouverture sur le retour du cumul des mandats des députés et des sénateurs. « Faut-il permettre de réavoir des mandats locaux, du moins dans certaines proportions, sans être dans des exécutifs de premier plan, peut être ? C’est à vous et aux parlementaires d’avoir ce débat », a-t-il lancé.

À LIRE AUSSI

Charge contre « les fonctionnaires de circulaire »

Une souplesse qui vaut également pour la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires. « Il n’y a pas de dogme », a-t-il garanti. « Par les propositions, on pourrait trouver quelque chose de plus pragmatique et mieux accepté en construisant davantage localement », a-t-il déclaré.

Emmanuel Macron a, par ailleurs, évoqué la possibilité, pour les mairies, de reprendre dans leur escarcelle les « passeports et cartes grises ». « On a voulu faire une grande cathédrale en disant qu’on va tout numériser. Mais le Défenseur des droits a dit que des milliers de concitoyens, notamment plus âgés, ne se sont pas faits au numérique » a-t-il noté.

Et le chef de l’Etat de se faire le chantre du service public de contact. « On a peut-être trop de fonctionnaires de circulaire et pas assez de fonctionnaires de guichet », a-t-il taclé.

 

Haro sur les bailleurs sociaux

Il est, par ailleurs, resté droit dans ses bottes au chapitre « logement ». « On a beaucoup trop de bailleurs sociaux », a-t-il tranché, montrant du doigt les « dodus dormants ». « Les plus gros ne donnent pas aux plus petits, a-t-il ajouté. Le système du logement, il est fou. C’est 40 milliards d’euros pour une quantité de mal-logés. »

Le Président a aussi fait le procès des emplois aidés ancienne manière. Des dispositifs uniquement destinés, selon lui, à permettre à l’Etat de « baisser les statistiques du chômage » et aux collectivités de bénéficier de « subventions déguisées ».

Il a enfin appelé les élus locaux à jouer « les facilitateurs » du grand débat qui s’ouvre. Pour lui, le temps de cahiers de doléances est révolu. « Nous sommes à un moment où ça doit être des cahiers de droits et de devoirs. Parce que les doléances, c’est comme si il y avait un souverain qui pouvait donner des choses », a-t-il lâché, visiblement peu désireux de faire de nouvelles concessions budgétaires.

La Gazette des communes : Article publié le Mardi 15 Janvier 2019 & Jean-Baptiste Forray 

À LIRE AUSSI

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article