Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

SIMPLIFICATION

16 Mars 2020 , Rédigé par FO Services Publics 51

 

Ce que veulent les agents publics en matière de réforme de l’État

 

Suite à une grande consultation en ligne pour identifier les irritants que rencontrent les agents publics dans leur travail quotidien, la direction interministérielle de la transformation publique avait promis de rendre publiques leurs recommandations au Premier ministre. Acteurs publics s’est procuré la liste des mesures, qui n’a finalement pas été rendue publique, mais transmise aux agents participants.

On ne les attendait plus, les propositions des agents pour réformer l’État. Dans une note au Premier ministre, Édouard Philippe, datée du 30 octobre 2019, que s’est procurée Acteurs publics, la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) a en effet compilé et résumé les recommandations émises par une cinquantaine d’agents publics de l’État qui ont participé à des ateliers collaboratifs les 9 et 10 octobre derniers.

Ces ateliers étaient destinés à préciser les propositions qui avaient été les plus votées lors d'une vaste consultation en ligne menée de février à avril 2019. Une démarche assez originale visant à “impliquer pleinement les agents dans leur futur en leur offrant les moyens de définir leur environnement de travail, les rendant à la fois acteurs et parties prenantes de l’évolution souhaitée des services publics”. Et à conférer à ces propositions “une très forte légitimité”, argue la DITP dans la note à Édouard Philippe. 

La DITP s’était engagée à la fois à transmettre les résultats de ces ateliers au Premier ministre et aux agents participants, mais aussi à les rendre publics, ce qui n’a pas été fait. Elle assure pourtant avoir joué la transparence jusqu’au bout. “Les propositions ont été envoyées aux agents qui ont participé aux ateliers, à plus de 2 500 chefs de projet de transformation publique, et même aux agents qui ont participé à la consultation en ligne”.

Quelques jours après avoir été sollicitée par Acteurs publics, la DITP a tout de même publié un article “anniversaire” de la consultation (lancée le 18 février 2019) pour revenir brièvement sur l’état d’avancement des mesures préconisées. Toujours sans la liste des propositions…

Autonomie et simplification

Au total, les agents ont compilé une centaine de propositions, classées selon leur facilité de mise en œuvre (rapidement déployables, nécessitant un plan d’action particulier ou bien une évolution législative), pour améliorer 6 axes de leur travail quotidien, avec pour maîtres mots : autonomie et simplification. Les agents souhaitent en priorité bénéficier d’une plus grande autonomie, en instaurant un cadre de confiance avec leurs managers, qui devraient d’abord être formés pour être davantage à l’écoute et valoriser leurs agents et leur travail et donc, logiquement, aller beaucoup plus au contact du terrain. Cela passe aussi par la généralisation des délégations de signature, le droit de travailler à distance, la réduction du nombre de niveaux hiérarchiques, ou encore le développement du mode projet. Autant de chantiers sur lesquels l’État nourrit déjà des réflexions plus ou moins avancées.

Cette autonomisation réclamée par les agents est par ailleurs directement liée à la mise à disposition d’outils numériques performants, qui font l’objet d’un axe de propositions. Parmi celles-ci : la création d’un annuaire unique des agents, pour se connecter avec un même compte aux différents outils, la création d’un portail unique pour tous les agents au-delà des portails ministériels, sur lequel ils retrouveraient un catalogue d’applications utiles : messagerie, espace numérique sécurisé des agents publics (Ensap), bourse à l’emploi, gestion des frais… Ou encore, plus cocasse, la création d’une véritable DSI de l’État, entité autonome, avec un budget propre “qui pilote, décide et impose” aux DSI ministérielles, notamment pour créer cet annuaire unique des agents ainsi que le portail et ses outils. D’autres mesures sont également préconisées pour simplifier tant les procédures internes de gestion budgétaire et comptable publique que les procédures RH.

Solutions déjà dans les tuyaux

Dans l’article publié sur son site Internet, la DITP renvoie la mise en œuvre des propositions des agents à plusieurs chantiers précédemment lancés : “Les actions prises pour adapter les outils informatiques et l’environnement de travail renvoient directement et très largement au programme Tech.gouv porté par la Dinum (identifiant unique des agents, portail unique, travail à distance, bourse interministérielle du matériel informatique…). La simplification et la dématérialisation des procédures internes seront poursuivies par deux chantiers dédiés conduits dans une démarche radicalement nouvelle partant du terrain.

Un écueil identifié par l’un des agents que nous avons interrogés, qui doute après coup de la pertinence réelle d’un exercice qui, en soi, a été “extrêmement productif”, mais qui n’a pas débouché sur des préconisations vraiment inédites. “J'ai eu l’impression que la plupart des choses qui ont émergé avaient en fait déjà émergé dans l’État à droite et à gauche, dit-il, et que des réflexions étaient en cours, avec parfois même des choses déjà en stock.” Pour ce même agent, bien que les constats et leurs solutions étaient pour une grande partie déjà connus, voire dans les tuyaux, “la résolution de l’exercice était de dire : voilà ce qu’on propose, et maintenant c’est ça qu’il faut faire sans plus attendre et en priorité”. Sans tergiversations ou faux départs.

Sollicité sur les mesures éventuellement retenues par le Premier ministre, Matignon nous renvoie directement à la DITP. Autrement dit, les propositions ont bien été reçues, mais aucune directive claire n’a été donnée par le Premier ministre. Charge à la DITP de défendre dans tous les futurs arbitrages certaines mesures proposées par les agents qui, pour certaines, méritent d’abord d’être approfondies pour être pleinement opérationnelles et, pour d’autres, renvoient à des chantiers déjà engagés. La direction a d’ailleurs mis en place un suivi très précis de l’avancement des différentes mesures sur lesquelles elle travaille avec les différentes directions concernées, a-t-on appris. Sans avoir prévu, pour le moment, de dispositif particulier pour associer les agents plus étroitement. 

Agents dans l’expectative

Résultat : plusieurs agents s’inquiètent de la suite donnée à cette opération de consultation, que le gouvernement ne se prive pas de qualifier de belle histoire de participation et de coconstruction.“Un appel à contribution inédit et totalement ouvert” qui a “réuni près de 135 000 agents qui ont rédigé 19 000 propositions et émis 1,6 million de votes”, fait valoir la DITP. Et qui s’était conclue en point d’orgue par une conférence de presse d’Olivier Dussopt, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, annonçant l’organisation des fameux ateliers participatifs.

Dans la note envoyée au Premier ministre, la DITP se félicite de ces ateliers qui “ont connu un très grand succès et démontré la validité de la méthode collaborative et partenariale mise en œuvre”. Tant est si bien que les agents bien seraient re-demandeurs de ce type d’initiatives. “Ils souhaitent également être tenus informés de l’avancée du programme de réforme, voire être associés à sa construction”, poursuit le document. Les agents interrogés par Acteurs publics assurent pour autant n’avoir eu aucune nouvelle depuis. De son côté, la DITP tempère, et rappelle que peu de temps s’est écoulé depuis la remise des propositions au Premier ministre. Affaire à suivre. 
 

acteurs publics : article publie le jeudi 27 fevrier 2020 & EMILE MARZOLF

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article