Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

ARRÊT MALADIE

31 Août 2020 , Rédigé par FO Services Publics 51

Dans la fonction publique, plus d’un jour de maladie sur 4 se traduit par du présentiel

Comment expliquer que des Français continuent de se rendre au travail alors qu’ils sont malades ? C’est à cette question que tente de répondre la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) dans une étude publiée début août et consacrée au lien entre les conditions de travail et le présence des salariés au bureau en cas de maladie. Une pratique qui, selon la Dares, “a en moyenne pour effet d’aggraver les problèmes de santé des salariés et d’augmenter, à moyen et long termes, le nombre des absences pour raisons de santé” avec, donc, un surcoût engendré par ce “présentéisme”.

Selon cette étude basée sur les résultats d’une enquête*, plus d’un jour de maladie sur 4 (28 %) s’est traduit par du présentiel dans la fonction publique en 2016. Cette année-là, les employés du secteur public ont ainsi signalé 12 jours de maladie qui ont donné lieu à 9 jours d’absence au travail. Les 3 jours restants, ils ont déclaré aller travailler “tout en pensant” qu’ils auraient “dû rester à la maison” puisque malades. Ce taux de présentiel en cas de maladie est quasi similaire pour les salariés du secteur privé (27 %). 

La France “particulièrement touchée”

“Parmi les pays européens, la France est particulièrement touchée par ce phénomène”, explique la direction statistique du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. Et de rappeler que, selon la dernière enquête européenne sur les conditions de travail (datée de 2016), “62 % des salariés en France ont fait au moins un jour de présentéisme [présentiel, ndlr] au cours de l’année 2015, contre 42 % des salariés de l’ensemble de l’Union européenne”.

Comme l’explique la Dares, la proportion de jours de maladie passés au travail varie surtout “en fonction de l’état de santé” des personnels et dépend également des conditions de travail. “Les salariés qui signalent de mauvaises relations avec leur hiérarchie, un travail intense ou un sentiment d’insécurité économique ont tendance à passer au travail une part plus importante de leurs jours de maladie”, souligne ainsi la direction. Néanmoins, elle ne détaille pas la répartition entre la fonction publique et le secteur privé du type d’exposition à des risques professionnels.

* “La présente étude porte sur les salariés, excepté les salariés en arrêt de plus d’un an et les salariés travaillant principalement à leur domicile”, précise la Dares.

 

ACTEURS PUBLICS : ARticle publie le mardi 25 aoÛT 2020 & BASTIEN SCORDIA

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article