Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

ALLEMAGNE : GRÈVE SANS PRÉCÉDENT CHEZ LUFTHANSA

16 Septembre 2012 , Rédigé par fo-villedereims Publié dans #ACTUALITE

lufthansa.jpg

PRESSE - COMMUNICATION - SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012

ALLEMAGNE : GRÈVE SANS PRÉCÉDENT CHEZ LUFTHANSA

Après des années de stagnation salariale et de détérioration des conditions de travail, les hôtesses et stewards de la première compagnie aérienne européenne en ont assez de payer.

Du jamais vu. La moitié des vols de la compagnie allemande Lufthansa ont été annulés le 7 septembre. Les hôtesses et stewards de la première compagnie aérienne européenne, privatisée depuis 1997, ont massivement répondu à l’appel à la grève de 24 heures lancé par le syndicat UFO. Le reste des vols a dû être assuré par les filiales non concernées par le mouvement social, comme Austrian Airlines, Brussels Airlines ou Germanwings. Des manifestations ont eu lieu devant les principaux aéroports de tout le pays.

Après trois ans de stagnation salariale, le personnel de bord de la Lufthansa revendique une augmentation des salaires de 5% sur douze mois à compter d’avril 2012, une amélioration des conditions de travail et s’oppose catégoriquement au recours à du personnel intérimaire à bord d’appareils de la compagnie, ce que la direction a commencé à faire en juin dernier.

UN NAVIGANT DÉBUTANT GAGNE 1 530 EUROS BRUT

La grève, après avoir commencé le 31 août par un premier débrayage de huit heures dans le seul aéroport de Francfort, s’est étendue et durcie face au refus de la compagnie d’augmenter les salaires au-delà de 3,5% et de renoncer définitivement au recours aux intérimaires. De plus, la compagnie a demandé, en échange de ces concessions, une contribution à une augmentation de la compétitivité, sous la forme, par exemple, de deux heures de travail supplémentaires par mois.

Mais les hôtesses et stewards considèrent avoir déjà fait assez d’efforts comme ça. En plus du blocage des salaires, les équipes et les temps de repos entre deux vols ont été réduits alors que les avions sont de plus en plus grands et de plus en plus remplis, ce qui accroît la charge de travail. Les heures d’attente et de déplacement entre le domicile ou l’hôtel et les aéroports ne sont pas payées. Aujourd’hui, un navigant débutant perçoit un salaire de base brut de 1 533 euros et le passage à des échelons de salaire supérieurs a été retardé, au point que de nombreux jeunes salariés sont obligés de cumuler leur emploi avec un petit boulot, le fameux «mini-job» allemand à 400 euros maximum, pour joindre les deux bouts.

«Ce type de grève pourrait toucher Air France demain, commente Jean Hedou, Secrétaire général de la FEETS FO (Fédération de l’Équipement, de l’Environnement, des Transports et des Services). Les salariés sont confrontés à la même logique de dumping social, en l’absence de politique du transport aérien à l’échelle de l’Europe pour préserver les compagnies nationales face à la concurrence du low cost sur les courts et moyens-courriers et des compagnies des pays du Golfe et d’Asie sur les longs-courriers».

Les pertes enregistrées par Lufthansa en 2011 et au premier trimestre 2012 ne l’ont pas empêchée d’annoncer, dès le 7 mars dernier, le versement de dividendes à ses actionnaires. La compagnie a en revanche supprimé 3 500 postes administratifs en mai et lancé un plan censé améliorer de 1,5 milliard d’euros au moins la performance opérationnelle du groupe d’ici à 2014. Elle a finalement très vite renoué avec les bénéfices: 229 millions d’euros au deuxième trimestre 2012.

DERNIÈRE MINUTE

Première victoire des grévistes. Vendredi 7 septembre en fin de journée, la direction de Lufthansa a annoncé renoncer à utiliser des intérimaires en cabine. Les négociations avaient repris dans l’après-midi. C’est une «mesure intelligente», a déclaré le syndicat UFO, qui a néanmoins souligné: «pour l’instant, il n’y a pas d’accord.» La direction et le syndicat se sont ensuite entendus pour qu’un médiateur intervienne, notamment sur la question de la grille de salaires collective et sur un accord d’intéressement. Ce type de procédure de conciliation est chose courante en Allemagne.

Article paru dans FO Hebdo n°3042

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article