Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

RETRAITES : LE POUVOIR D’ACHAT DES SÉNIORS MENACÉ

29 Avril 2013 , Rédigé par fo-villedereims Publié dans #RETRAITE

retraite 7

RETRAITES : LE POUVOIR D’ACHAT DES SÉNIORS MENACÉ

SOCIAL - Les partenaires sociaux s’écharpent sur un compromis douloureux...

Faire «des choix courageux» pour assurer «l'avenir de nos régimes de retraite». En déplacement à Dijon, le président de la République a annoncé la couleur. Alors que les régimes complémentaires des cadres (Agirc) et de l’ensemble des salariés du privé (Arrco) sont à sec avec un besoin de financement de 10,5 milliards d’euros à l'horizon 2017, les partenaires sociaux se retrouveront mercredi pour une ultime rencontre afin de les rééquilibrer. En effet, ils sont pénalisés par la baisse des recettes en raison de la hausse du chômage et par un afflux de baby-boomers qui quittent la vie professionnelle. Il y a donc urgence.

Désindexation partielle des pensions

Dans tous les cas, ces négociations doivent aboutir avant la fin mars pour que les nouveaux niveaux de cotisations et de prestations s’appliquent au 1er avril. Faute de quoi, c’est l’accord de 2011 qui restera en vigueur, creusant alors les déficits des complémentaires. Au pire, un accord pourrait toujours être trouvé en mai ou en juin avec une application rétroactive, explique à 20 Minutes Danièle Karniewicz, de la CFE-CGC.

Car les discussions sont ardues pour redresser les comptes. La validation d’une désindexation partielle des pensions semble acquise. En clair, les revaloriser, mais en dessous du niveau de l’inflation, aujourd’hui à 1,8%. Le patronat propose un point de moins sur les trois prochaines années, contre cinq auparavant, avec à la clé une économie de 2,2 milliards d’euros par an.

Taxe sur les retraités

«On s’attaque au niveau de vie des retraités», tonne Danièle Karniewicz, qui souhaiterait limiter la désindexation à deux ans. Car, rappelle-t-elle, la majorité vient en plus d’instaurer une taxe sur les retraites de 0,3% à compter du moins prochain pour réduire le trou de la Sécu. Seuls les 2,5 millions de retraités aux revenus modestes échapperont à ce nouvel impôt. Mais 7,5 millions seront touchés. Danièle Karniewicz craint un effet «boule de neige» qui pénaliserait la consommation et pousserait un peu plus la France dans la récession.

Hausse des cotisations dans le viseur

Mais en contrepartie, le Medef serait prêt à une hausse, limitée, des cotisations acquittées par les employeurs, à hauteur de 60%, et par les salariés, pour 40%. En effet, l’organisation craint un alourdissement du coût du travail au moment où le gouvernement a accordé aux entreprises une baisse de charges de 6%, via un crédit d’impôt de 20 milliards d’euros par an, pour doper leur compétitivité.

Dans tous les cas, le compromis des partenaires sociaux aura valeur de test pour la future réforme du régime de base, prévue au second semestre, dont le trou atteindra 20 milliards d’euros d’ici 2020 d’après les dernières prévisions du Conseil d’orientation des retraites. Les partenaires sociaux déminent ainsi le terrain pour l’exécutif, qui ne manquera pas de s’en inspirer pour l’appliquer à l’ensemble des salariés du public et du privé. «Nous sommes sous observation étroite», reconnaît ainsi Danièle Karniewicz.

Par D.G et L.L.G

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article