Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

EMPLOIS PUBLICS

4 Février 2017 , Rédigé par FO Services Publics 51

EMPLOIS PUBLICS

 

Bernard Cazeneuve estime incompatibles modernisation et suppression massive d’emplois publics

 

En réponse à François Fillon et à son projet de supprimer 500 000 emplois dans la fonction publique, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a jugé, lundi 9 janvier, que la “modernisation du pays” n’était “pas compatible avec la suppression d’emplois publics par centaines de milliers”.

Moderniser le pays, oui, mais pas en supprimant des postes de fonctionnaires. C’est ce qu’a jugé le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, lundi 9 janvier, répondant ainsi au programme du candidat de la droite à l’élection présidentielle, François Fillon, et à sa volonté de supprimer 500 000 postes dans la fonction publique sur la durée du prochain quinquennat.

“Si j’ai toujours considéré qu’il y avait dans la Révision générale des politiques publiques [la RGPP, engagée en 2007 par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, ndlr] des éléments de réflexion qui méritaient d’être mis sur le métier si l’on voulait moderniser le pays, j’ai toujours considéré aussi que la modernisation du pays n’était pas compatible avec la suppression d’emplois publics par centaines de milliers dans le cadre d’une logique mécanique de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux”, a estimé le Premier ministre lors d’un déplacement au Mans, où il a posé la première pierre du chantier du nouveau commissariat de la préfecture de la Sarthe, terre natale et électorale de François Fillon.

 

Modèle social vs. réduction de la dépense publique

“Je n’oublie pas que le service public est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas”, a ajouté Bernard Cazeneuve, qui était accompagné du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, ex-élu de la Sarthe. “Le modèle de protection sociale auquel nous sommes attachés est fragile, a renchéri le locataire de Matignon. Ceux qui pensent que son confortement peut se faire dans l’ignorance de ce que sont les équilibres économiques et budgétaires auxquels le pays est confronté ne disent pas la vérité à nos concitoyens”.

 

Vainqueur de la primaire de la droite et du centre en novembre dernier, François Fillon entend réduire, s’il est élu président de la République, de 500 000 postes le nombre d’emplois de fonctionnaires. Et ce dans l’objectif de ramener de 56 à 49 % le poids de la dépense publique dans le PIB. Le candidat déclaré de la droite à l’élection présidentielle propose également d’augmenter le temps de travail des agents publics à 39 heures hebdomadaires contre 35 actuellement [cliquez ici pour consulter notre article sur le sujet : “François Fillon : des propositions chocs mais encore floues pour le secteur public”].

 

ACTEURS PUBLICS : le mardi 10 janvier 2017 & BASTIEN SCORDIA

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article