Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

POINT INDICE

13 Avril 2022 , Rédigé par FO Services Publics 51

Luc Rouban : “La dimension électoraliste du dégel du point d’indice est indéniable”

Le politologue revient pour Acteurs publics sur la promesse gouvernementale de dégel de la valeur du point d’indice de la fonction publique. L’occasion pour ce chercheur au Cevipof d’analyser la dimension politique et électoraliste de cette annonce intervenue à moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle.

Alors que le point d’indice de la fonction publique était gelé depuis le début du quinquennat, le gouvernement vient d’annoncer une revalorisation. Une annonce qui intervient à moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle mais qui reste encore à concrétiser. Que vous inspire cette annonce ?
Attendons déjà de savoir quelle sera exactement la nature de cette revalorisation et son montant, mais aussi si elle sera échelonnée. C’est tout de même un changement de cap considérable. Jusqu’à ce jour, nous étions davantage dans une logique managériale avec des mesures beaucoup plus ponctuelles et ciblées. On assiste désormais à un retournement de situation, la politique de revalorisation du point d’indice ayant pratiquement été abandonnée par la droite comme par la gauche. Même sous François Hollande, les fonctionnaires avaient dû attendre la fin du mandat pour que le point d’indice soit dégelé. Certes, la promesse du gouvernement répond à une inflation galopante, mais la dimension électoraliste du dégel du point d’indice est également indéniable.  

Le gouvernement promet de dégeler le point d’indice des fonctionnaires

“Ce n’est ni une promesse, ni une mesure électoraliste”, a pourtant souligné la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin… 
Le gouvernement a un intérêt à annoncer cette mesure. Notamment pour montrer que le projet macroniste n’est pas si hostile aux fonctionnaires, alors que les inquiétudes ont été nombreuses avec la loi de transformation de la fonction publique de 2019 ou, plus récemment, avec la suppression de l’ENA et la mise en extinction des grands corps. Face aux critiques de démantèlement de la fonction publique, l’exécutif entend aujourd’hui montrer qu’il est toujours sensible à la question sociale. Le macronisme s’inscrit donc toujours dans une forme de social-libéralisme. Le dégel du point d’indice marque en ce sens un petit coup à gauche. L’exécutif veut montrer qu’il n’est pas devenu complètement libéral.  

Face aux critiques de démantèlement de la fonction publique, l’exécutif entend aujourd’hui montrer qu’il est toujours sensible à la question sociale.

Emmanuel Macron a-t-il la possibilité de recueillir, voire récupérer, des voix avec cette annonce du dégel du point d’indice ?  
Une bonne partie des agents publics s’apprêtent déjà à voter pour Emmanuel Macron. Certes, les enseignants s’orientent toujours davantage vers le Parti socialiste, les écologistes ou La France insoumise. En revanche, du côté des cadres en général, l’orientation se fait plutôt en direction du Président sortant. Mais il ne faut pas non plus oublier la tentation des agents publics vers la droite et notamment vers la droite radicale, en particulier chez les agents de catégorie C. En promettant le dégel du point d’indice, Emmanuel Macron cherche à afficher un certain attachement aux fonctions publiques. Ce qui, politiquement, n’est pas une mauvaise idée face à la tentation de certains agents publics de se diriger vers la droite radicale.

Au-delà de ce dégel du point d’indice, l’exécutif compte, en cas de réélection, procéder à une réforme plus large de la rémunération des agents publics, en agissant sur ses composantes et sa structuration. Le système actuel n’offre, à ses yeux, plus de perspectives durables. Une révision en profondeur est-elle nécessaire ?  
Il faut, enfin, simplifier et clarifier les rémunérations. Il y a aujourd’hui un vrai problème d’affichage. Si l’on souhaite aller vers une logique de professionnalisation et de parcours professionnelles variés, diversifiés et décorporatisés, les déroulements de carrière doivent alors être relativement clairs, avec des niveaux de salaires connus de tous.  La décorporatisation en cours, par exemple, implique aussi de supprimer le flou artistique actuel sur les niveaux de primes. Engager ce chantier des rémunérations et des carrières est également primordial en matière d’attractivité. Sans quoi, des agents continueront à partir dans le secteur privé ou des personnes refuseront tout bonnement de candidater à des emplois publics et de rentrer dans la fonction publique.

ACTEURS PUBLICS : article publie le vendredi 18 mars 2022 & BASTIEN SCORDIA

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article