Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

STATUT

20 Décembre 2017 , Rédigé par FO Services Publics 51

STATUT

 

Le statut permet-il à l’agent d’être créatif pour sa collectivité ?

"Accordez-vous des temps de respiration, laissez votre esprit vagabonder, ennuyez-vous ! Tout cela est nécessaire pour créer" a-t-on pu entendre, à de multiples reprises, durant les Entretiens Territoriaux de Strasbourg. Plus que séduits par le principe, les agents sentent néanmoins leur esprit créatif écrasé par le statut. 

« Équipes créatives pour collectivités en mouvement. » C’était le thème de l’édition 2017 des entretiens territoriaux de Strasbourg (ETS), les 6 et 7 décembre. Dans tous les ateliers était distillé le message suivant : chaque agent est capable d’aller au-delà de l’innovation (introduire du neuf dans ce qui est bien établi) et de donner naissance à de toutes nouvelles pratiques ; les développer dans son service, puis les diffuser dans son administration.

Séduits par l’idée, les territoriaux évoquent toutefois un manque de temps pour « laisser leur esprit vagabonder » ainsi qu’un manque de moyens pour mettre en œuvre ce qu’ils pourraient oser projeter. Quel rôle joue alors le statut ? Ne serait-il pas, finalement, l’obstacle principal à la créativité de l’agent ?

Non, ont répondu en bloc les organisations syndicales, au cours d’une table ronde dédiée. Le statut l’a d’ailleurs prouvé depuis sa création en 1983, observe Christian Grolier (FO), en se transformant « via près de 200 évolutions réglementaires et législatives ».

Méconnaissance générale

Ceux qui conçoivent le statut comme un outil rigide sont ceux qui le méconnaissent, s’accordent les syndicats. Cette mauvaise compréhension explique aussi sa mauvaise utilisation et, par voie de conséquence, sa remise en question perpétuelle.

Marie Menella (Interco-CFDT) constate qu’« il faut souvent rappeler aux DRH l’utilité du statut et son fonctionnement avant d’en discuter avec eux. Lorsque le temps nécessaire a été pris pour le comprendre, le statut se révèle alors un véritable outil de management». Et d’insister sur le fait que « le statut n’est pas un dogme ou une religion ».

Le statut n’est pas un dogme ou une religion, mais un véritable outil de management

Selon un représentant de l’Unsa territoriaux, la méconnaissance du statut vient surtout des rédacteurs des textes législatifs et réglementaires. Avec pour conséquence directe de les rendre difficilement applicables au quotidien. Afin de simplifier la qualité de ces textes, l’Unsa milite pour que les territoriaux soient étroitement associés à leur rédaction.

Humanisme 

Muriel Gibert, membre de la commission « fonction publique territoriale » à l’AMFet ex-directrice générale adjointe du centre interdépartemental de gestion de la petite couronne de la région Île-de-France, croit à l’émergence dans les collectivités d’un trio créatif DRH/directeur général des services/élu, « pour peu que ce dernier soit enclin à écouter ». « Une simple base d’humanisme » de la part de ce triumvirat, et le tour serait joué !

« On peut imaginer le statut comme un élastique sur lequel on tire : il n’est pas rigide, il offre des possibilités innombrables via la formation, les concours… », affirme Muriel Gibert. Elle poursuit : « le statut ne devient rigide que lorsque l’on met la charrue avant les bœufs » et déplore, par exemple, la tendance à poser rapidement sur le papier des organigrammes « avant de penser aux femmes et aux hommes  qui sont derrière ».

Richesses

Reste que les DRH, DGS et élus doivent composer avec des indicateurs budgétaires et, au quotidien, ne raisonnent plus qu’en ces termes. Alors, comment être créatif lorsque le poids de masse salariale est ressenti comme une épée de Damoclès ?

La FA-FP considère, comme l’explique sa représentante Caroline Charruyer, que ce principal frein à la créativité pourra être levé dès lors qu’un rapport – élaboré soit au niveau étatique, soit au niveau de chaque collectivité – éclairera sur les richesses engendrées par les agents publics. Ou du moins sur la manière dont ils permettent de rééquilibrer les comptes.

La Gazette des communes : Article publié le Publié le vendredi 8 Décembre 2017 & Claire BOULLAND

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article