Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

HORAIRES SERVICES PUBLICS

30 Janvier 2018 , Rédigé par FO Services Publics 51

HORAIRES SERVICES PUBLICS

 

« intégrer le temps dans la planification urbaine »

 

Alors que les horaires d'ouverture des services publics sont en pleine évolution, Jean-Yves Boulin, sociologue, chercheur associé à l'Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales à l'université Paris-Dauphine, revient sur la question du lien social.

 

CHIFFRES-CLÉS

A quelles limites se confrontent les politiques temporelles dans les territoires ?

En France, les politiques temporelles sont très marquées à gauche. Nombre d’initiatives ont été prises à Rennes, Poitiers, Montpellier, Lyon, etc. Aujourd’hui, ces politiques sont quelque peu en panne. L’évolution logique est désormais d’intégrer le temps dans la planification urbaine à différentes échelles du territoire. Mais nous butons encore sur un manque de formation initiale.

 Cette thématique n’est pas portée par le corps enseignant, au contraire de l’Italie qui compte une licence « temps et mobilité ». Il manque donc un cadre théorique et un véritable portage politique au niveau national.

 

Nos modes de vies poussent à une ouverture constante des commerces. Le service public doit-il accompagner cette démarche ?

J’ai mené une enquête à la demande de la ville de Brive-la-Gaillarde sur la question du dimanche qui est assez parlante. Il en est ressorti que les habitants souhaitaient surtout des lieux où sortir, pas forcément des commerces. Ce qu’ils plébiscitaient même est l’accès à la médiathèque. Je pense que c’est l’alternative à ce processus de banalisation du travail dominical, au nom du consumérisme (*). Les citoyens souhaitent partager des moments en famille, des loisirs culturels et pas des après-midi passés dans des allées de supermarchés ouverts 24 heures sur 24. Or le pouvoir politique local garde la main sur le choix des ouvertures de commerces, passé de cinq à douze dimanches par an. C’est donc aux élus d’être promoteurs d’une certaine offre : ne pas étendre l’accès aux commerces, mais plutôt proposer une vraie diversité socioculturelle.

Avec quel impact social pour les agents ?

Rien n’oblige à ouvrir des équipements tous les dimanches ou toute la journée. Il y a des aménagements à trouver. Les collectivités sont, de fait, plus à même de créer des conditions acceptables pour les salariés qu’un Mac Donald ! Tous les aménagements d’horaires dans les collectivités font l’objet de concertation, d’un appel au volontariat, tout en en limitant le nombre d’heures pour la pénibilité. Reste que changer le temps des gens prend du temps. Les collectivités ont un rôle à jouer. Il y a des ajustements très fins à penser afin que les conditions des agents soient les meilleures possibles tout en intégrant ces changements dans une véritable « chrono-politique ». C’est-à-dire, une maîtrise de la temporalité des rythmes sociaux par la construction d’un projet de territoire spécifique. « Aux élus de ne pas étendre l’accès aux commerces, mais plutôt de proposer une vraie diversité socio-culturelle.

La Gazette des communes : Article publié le LUNDI 22 janvier 2018 & Julie Krassovsky 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article