Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

SYNDICAT FONCTIONNAIRES

20 Mars 2018 , Rédigé par FO Services Publics 51

 

22 mars : l’épreuve de vérité pour les syndicats de fonctionnaires

 

La journée de mobilisation du jeudi 22 mars constituera un véritable test pour les 7 organisations syndicales du secteur public signataires de l’appel à l’action. En jeu notamment : leur crédibilité face au gouvernement dans le cadre de la réforme à venir du cadre statutaire de la fonction publique.
 

La crédibilité des syndicats de fonctionnaires est désormais en jeu. La journée de mobilisation du 22 mars, à laquelle appellent 7 des 9 organisations syndicales du secteur public (hors Unsa et CFDT), revêt en effet une importance cruciale pour les représentants du personnel. Et ce tant dans le cadre de leurs relations avec l’exécutif, avec lequel ils ont engagé un bras de fer sur la réforme à venir de la fonction publique, que dans leurs relations avec les agents publics eux-mêmes. Car les élections professionnelles sont, pour ainsi dire, pour demain, en l’occurrence le 6 décembre prochain.

“Appeler à une journée d’actions, de grèves et de manifestations, c’est facile, réussir une mobilisation c’est une autre paire de manches”, reconnaît le leader d’une des organisations syndicales signataires de l’appel à la mobilisation du 22 mars. “Si la mobilisation est inférieure à celle du 10 octobre dernier, notre crédibilité auprès du gouvernement comme des agents publics serait profondément impactée”, admet un autre représentant du personnel.

Pour rappel, à l’issue de cette journée d’action d’octobre dernier, les syndicats de fonctionnaires avaient revendiqué une mobilisation “significative”. Selon le ministère de l’Intérieur, 209 000 personnes auraient ainsi battu le pavé à cette occasion (400 000 selon la CGT). Les taux de participation des agents publics s’étaient quant à eux établis à 13,95 % dans la fonction publique d’État, 9,5 % dans la territoriale et 10,4 % dans l’hospitalière.

Précision de taille : l’ensemble des organisations syndicales avaient alors appelé à la mobilisation, la CFDT et l’Unsa comprises. Pour le 22 mars, cette fois-ci, “seuls” la CGT, FO, la FSU, Solidaires, la CFTC, la CFE-CGC et la FA-FP l’ont fait. Certaines branches de l’Unsa ou de la CFDT ont néanmoins décidé de faire fi des positions de leur centrale, en appelant à la mobilisation jeudi 22 mars, à savoir l’Unsa Territoriaux, la CFDT Finances à Bercy et l’Union fédérale de l’environnement des territoires, des autorités et de la mer (Ufetam-CFDT).

140 manifestations

Qu’attendre, donc, de la journée du 22 mars ? Des grèves, bien sûr, dans les trois versants de la fonction publique et une série de manifestations : 140 au total sur le territoire, dont l’une dans l’agglomération parisienne, ont précisé les représentants du personnel lors d’une conférence de presse commune, vendredi 16 mars.

À Paris, le défilé partira de Bercy et cheminera jusqu’à la place de Bastille, le lieu où convergeront à la fois les organisations syndicales de fonctionnaires et les syndicats de cheminots.

Ces derniers ont effet également appelé à une journée d’action le 22 mars, pour dénoncer le projet gouvernemental de la réforme de la SNCF. Ils partiront, eux, de la gare de l’Est.

Lors de leur conférence de presse, les leaders syndicaux du secteur public sont également revenus sur la teneur de leurs discussions avec l’exécutif. Ils ont ainsi indiqué que la séance de négociation sur leurs revendications (du 22 mars) avec le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, avait été reportée au lundi 19 mars. Initialement prévu mercredi 14 mars, ce rendez-vous avait tourné court, en l’absence du secrétaire d’État (retenu au Sénat pour l’examen du projet de loi “pour un État au service d’une société de confiance”). “C’était un rendez-vous manqué, juge, remonté, un représentant du personnel. Seuls les membres du cabinet [du secrétaire d’État et de celui du ministre de tutelle, Gérald Darmanin, ndlr] étaient présents, personne ne nous avait dit qu’Olivier Dussopt serait absent.” Unanimes, “face au manque de respect”, selon les dires de l’un d’entre eux, les leaders syndicaux avaient alors décidé de quitter Bercy et de demander la planification d’une nouvelle entrevue, cette fois-ci bel et bien en présence du secrétaire d’État.

Inscription dans la durée

L’occasion pour ces derniers de rappeler le mécontentement quant à la conduite actuelle du dialogue social dans la fonction publique, notamment dans le cadre de la concertation à venir sur la réforme du cadre statuaire des agents publics. “On est à un tournant pour la fonction publique”, a estimé Bernadette Groison, de la FSU. Dans le viseur des représentants du personnel en particulier : le recours accru aux contrats, la simplification des instances de dialogue social du secteur public ou encore le plan de départs volontaires à venir. Autant de dispositions que le gouvernement a annoncées lors du comité interministériel de la transformation publique (CITP) du 1er février dernier et qu’un document d’orientation sur la concertation à venir en vue de “refonder le contrat social des agents publics” est venu récemment préciser.

Comme nous l’évoquions, la réunion “plénière” de lancement de cette concertation n’aura lieu qu’après le 22 mars – aucune date n’étant pour le moment précisément fixée – et non la semaine du 12 mars, comme initialement prévu. L’ouverture du premier chantier de la concertation, à savoir l’évolution des instances de dialogue social, est quant à elle déjà planifiée pour le vendredi 30 mars, en présence d’Olivier Dussopt. Un calendrier serré en perspective, donc [cliquez ici pour consulter notre article : “Retard à l’allumage pour la concertation sur la réforme de la fonction publique”].

Quoi qu’il en soit, les organisations syndicales du secteur public ont décidé d’inscrire dans la durée le mouvement du 22 mars. “Il doit s’inscrire dans une démarche pérenne”, estime ainsi le président de la Fédération autonome de la fonction publique (FA-FP), Bruno Collignon.

Les représentants du personnel ont d’ores et déjà prévu de se retrouver en intersyndicale le 27 mars pour faire le bilan de la journée du 22. “Ce ne sera pas un one-shot”, affirme Denis Turbet-Delof, de Solidaires Fonction publique, qui a dans le viseur les arbitrages gouvernementaux sur la réforme de l’État prévus pour le printemps ou encore les annonces (ou non annonces) du prochain rendez-vous salarial annoncé pour le mois de juin prochain (et non à l'automne comme intialement prévu par l'exécutif).  

ACTEURS PUBLICS : ARTICLE PUBLIE LE VENDREDI 16 MARS 2018, & BASTIEN SCORDIA

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article