Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

RETRAITES

18 Janvier 2020 , Rédigé par FO Services Publics 51

Philippe Laurent exhorte le gouvernement à une véritable prise en compte de la territoriale

 

Lors de ses vœux, en présence de la ministre Jacqueline Gourault, mercredi 8 janvier, le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), Philippe Laurent, a appelé le gouvernement à prendre davantage en compte les spécificités des agents territoriaux dans le cadre du nouveau système de retraites. 

Pour le moment, la spécificité du versant territorial n’est pas suffisamment prise en compte dans la réforme à venir des retraites. C’est le message qu’a voulu faire passer Philippe Laurent, le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), à l’occasion de la cérémonie des vœux de cette instance, mercredi 8 janvier. L’occasion pour celui qui est maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine) et initiateur de la coordination des employeurs territoriaux d’appeler le gouvernement à rectifier le tir et à ne pas considérer la fonction publique comme un tout.

“Nous sommes aujourd’hui dans un contexte particulier résultant d’une réforme ambitieuse mais qui ne passe pas pour beaucoup de travailleurs et notamment pour un certain nombre d’agents territoriaux, inquiets pour l’avenir”, a-t-il ainsi déclaré lors de ses vœux, en présence de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault. 

Interrogation sur la prise en compte des primes 

Première source d’interrogation pour celui qui est aussi secrétaire général de l’Association des maires de France (AMF) : la future prise en compte des primes dans le calcul des retraites. 

“Plus de 75 % des agents territoriaux appartiennent à la catégorie C et, de ce fait, ont des salaires modestes, des carrières lentes et souvent aucun régime indemnitaire ou un montant de primes très faible”, a rappelé Philippe Laurent. Quid donc d’une éventuelle compensation pour ces agents ? 

“Comme les autres agents publics, les fonctionnaires territoriaux ainsi que leurs employeurs s’interrogent”, a-t-il poursuivi en réclamant le “détail des calculs concernant le passage des actuels aux futurs taux de cotisation tant pour l’employeur que pour les salariés”. 

 

Problématique de la pénibilité 

S’agissant de la question de la pénibilité, celle-ci “se pose de manière très aiguë dans la fonction publique territoriale, comme d’ailleurs dans la fonction publique hospitalière”, a-t-il souligné. Et de citer les récents résultats d’une enquête de la Dares, le service statistique du ministère du Travail, sur la particulière exposition de ces versants aux risques professionnels [cliquez ici pour consulter notre article sur le sujet]. 

Cette étude “explicite clairement la pénibilité particulière des métiers liés à l’entretien des routes, à l’assainissement et à d’autres activités techniques ou sociales comme l’entretien des locaux, l’animation ou l’accueil de la petite enfance et plus globalement à toutes les contraintes de l’aide à la personne, qui sera de plus en plus sollicitée”, a indiqué Philippe Laurent. 

À ce titre, il a ainsi exhorté le gouvernement à “préciser le périmètre choisi” et quels agents territoriaux seront concernés par l’extinction progressive prévue des catégories dites actives et par l’ouverture (en compensation) à la fonction publique du compte professionnel de prévention (C2P), actuellement en vigueur dans le secteur privé.

 

Employeurs “à part entière”

Devant la ministre, le président du CSFPT a ainsi appelé à une véritable prise en compte des demandes de la territoriale et notamment des employeurs territoriaux, qui “doivent être considérés comme des employeurs à part entière”. Ce qui, selon lui, ne semble pas avoir été le cas au cours des derniers mois. 

Ces employeurs auront en tout cas l’occasion de faire entendre leurs revendications lors de la concertation sur la pénibilité et la gestion des fins de carrière dans la fonction publique, que le gouvernement a lancé ce même 8 janvier et dont les conclusions sont attendues pour fin janvier-début févier. Une occasion express pour ces employeurs de faire entendre leur voix.

ACTEURS PUBLICS : Article publie le vendredi 10 janvier 2020 & BASTIEN SCORDIA

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article