Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE

22 Juillet 2020 , Rédigé par FO Services Publics 51

La fonction publique, une mission “immense” pour Amélie de Montchalin

 

Même si la fonction publique dispose désormais d’un ministère de plein exercice, la titulaire de ce nouveau poste, Amélie de Montchalin, aura fort à faire pour restaurer une certaine forme de confiance avec les agents publics, mais aussi pour apaiser les relations de l’exécutif avec les organisations syndicales. 

L’espoir fait vivre, a-t-on coutume de dire. Un proverbe qui ne peut que s’appliquer à la fonction publique compte tenu du renforcement de sa position au sein du nouvel attelage gouvernemental. La fonction publique, en effet, s’émancipe de Bercy et dispose désormais d’un ministère de plein exercice, le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques, précisément [cliquez ici pour consulter notre article sur le sujet].

Reste que la titulaire du poste, Amélie de Montchalin, aura du pain sur la planche pour restaurer la confiance des agents publics envers leurs administrations et les politiques. Une relation toujours compliquée après plusieurs années placées sous le signe de la contrainte budgétaire. La recherche d’un dialogue social apaisé avec les organisations syndicales du secteur public sera tout aussi difficile. 

La nouvelle ministre l’a reconnu lors de la passation de pouvoirs avec Gérald Darmanin et Olivier Dussopt, mardi 7 juillet : sa mission, a-t-elle dit, est “immense, d’autant plus que nous sortons d’une crise qui a montré à la fois les forces et les faiblesses de l’action publique”. 

Attente d’actes concrets 

“Ce ministère m’est confié pour renforcer les services publics, pour renforcer les résultats et soutenir ceux et celles qui le font vivre au quotidien”, a-t-elle poursuivi, avant d’aborder un défi “essentiel” pour l’après-crise, celui de “donner des moyens, de la capacité d’initiative et du sens” aux agents publics. 

“Ils ont plus que jamais besoin de notre reconnaissance et de notre confiance”, a-t-elle poursuivi. Encore faut-il que ces propos se concrétisent en actes, réagit-on dans les rangs syndicaux. 

Si les organisations syndicales de la fonction publique ont en effet salué l’installation d’un ministère de plein exercice, elles attendent surtout des mesures concrètes et rapides en faveur des agents de la fonction publique, notamment sur les questions salariales. Et ce après près de trois ans de gel du point d’indice ou la réinstauration du jour de carence, mais aussi de suppression de postes. 

“Il convient maintenant de renouer avec les agents”, souligne ainsi l’Unsa Fonction publique. Pour la CGT Fonction publique, “le moment est venu de rompre avec les politiques d’austérité budgétaire et d’allouer les crédits et les effectifs nécessaires à l’exercice des missions". La CFDT Fonctions publiques, quant à elle, espère rencontrer “très rapidement” la nouvelle ministre pour “lui dire l’urgence d’ouvrir des négociations pour construire des mesures en faveur du pouvoir d’achat”. Initialement programmé ce 7 juillet, mais reporté à une date ultérieure en raison de la constitution du nouveau gouvernement, ce rendez-vous sera l’occasion pour les syndicats de réitérer leurs revendications et pour Amélie de Montchalin d’exposer sa vision de la politique salariale dans la fonction publique après la crise.  

Quelle “transformation” ?

Les syndicats, par ailleurs, n’ont pas manqué de mettre en avant leurs inquiétudes quant à l’intitulé précis du ministère. Pour la FA-FP ainsi, l’accolement au terme de “Fonction publique” du mot “Transformation”, relatif à la réforme de l’État, ne doit “pas être l’augure d’une détérioration qui tendrait à signifier que le monde d’après est encore pire que le monde d’avant”. Solidaires Fonction publique s’inquiète également de cet intitulé, “révélateur des volontés du gouvernement”.“Les services publics sont une richesse, pas un coût, explique cette organisation syndicale. Les agents publics ne doivent pas être une nouvelle fois oubliés.” 

Au-delà, les organisations syndicales attendent aussi une véritable amélioration du dialogue social dans la fonction publique.

Une lourde tâche pour Amélie de Montchalin tant, sans discontinuité depuis le début du quinquennat, les échanges entre gouvernement et représentants du personnel ont été houleux. Avec quelques positions de posture de part et d’autre, néanmoins.

Un enjeu, l’application de la réforme d’août 2019 

Points d’orgue : les discussions autour de la réforme des retraites (que le chef de l’État entend relancer) et de la réforme de la fonction publique, marquées par des boycotts de réunions, des claquages de portes et des appels à la grève (peu suivis malgré tout). Unanimement opposés à cette réforme, les syndicats ont regretté à cette occasion le peu de prise en compte de leurs demandes ou revendications. Une opposition qu’ils entretiennent toujours au travers des discussions sur l’application de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août dernier, sur laquelle Amélie de Montchalin devra très vite se pencher. 

Cette loi, pour rappel, avait sensiblement modifié le cadre statutaire des agents publics au travers de plusieurs mesures marquantes : la réforme des instances de dialogue social (amaigrissement sensible des missions des commissions administratives paritaires, fusion des comités techniques avec les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), le développement des possibilités de recours aux contractuels ou encore la mise en place de dispositifs destinés à favoriser la mobilité professionnelle des agents publics (vers le privé, par exemple, avec la mise en place des procédures de rupture conventionnelle).

Autant de sujets sur lesquels Amélie de Montchalin s’était exprimée dans nos colonnes en mars 2018. “L’emploi à vie n’est pas incompatible avec un régime de contrats successifs”, expliquait alors dans cette interview celle qui était encore députée LREM

acteurs publics : article publie le mardi 7 juillet 2020 & BASTIEN SCORDIA

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article