Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

METIERS

4 Mai 2017 , Rédigé par FO Services Publics 51

METIERS

La mixité des métiers peine à infuser

la fonction publique

 

Les initiatives des pouvoirs publics en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes n’accordent qu’une place “modeste” à l’objectif de mixité des métiers, soulignent l’inspection générale des Affaires sociales et celle de l’Administration de l'éducation nationale et de la recherche dans un rapport. Les progrès vers la mixité des métiers sont “très lents”, ajoutent les corps d’inspection.
 

Feuille de route ministérielle, conférence annuelle de l’égalité ou protocole d’accord : dans la fonction publique, les mesures en faveur de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes sont multiples, mais l’objectif de mixité des métiers y tient une place “modeste”. C’est le constat de l’inspection générale des Affaires sociales (Igas) et de celle de l’Administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), dans un rapport rendu public le 21 avril, selon lequel les progrès vers la mixité des métiers sont “très lents” au sein de l’administration.

“La mixité des métiers n’a significativement progressé que dans les métiers de la sécurité, voire a pu régresser par ailleurs”, déplorent les corps d’inspection dans leur rapport [cliquez ici pour le consulter]. Ainsi, la part des femmes dans la famille professionnelle intitulée “Armée, police et pompiers” est passée de 3 % dans les années 1980 à 14 % aujourd’hui. Dans la gendarmerie, par exemple, ce taux de féminisation est passé de 1 % en 1983 à 10 % en 2001, pour atteindre 17 % des effectifs en 2015, soit 16 329 femmes sous statut militaire.

A contrario, la part des femmes enseignantes a augmenté de plus de 15 % sur cette même période : elles représentent aujourd’hui plus d’1 million des effectifs d’enseignant (66 %) alors qu’au début des années 1980, elles étaient 917 000 (soit 61 % des effectifs).

Primauté à l’objectif fixé dans la loi Sauvadet

Selon les corps d’inspection, la primauté des efforts ministériels en matière de gestion des ressources humaines serait davantage donnée à l’accès des femmes à l’encadrement supérieur qu’à la mixité des métiers. Et ce notamment en faveur de la progression de la part des femmes dans les primonominations aux emplois de direction et aux emplois à la direction du gouvernement, comme le prévoit la loi dite Sauvadet du 12 mars 2012.

C’est le cas notamment dans le cadre des conférences de l’égalité, réunissant chaque année les ministères sous l’égide la ministre chargée des Droits des femmes, où l’objectif de mixité des métiers est présent, mais n’est que peu représenté. Comme le précise le rapport, le tableau de suivi des engagements ministériels élaboré par la direction générale de l’action sociale (DGCS) répertorie quelque 280 mesures, dont 14 seulement dans la rubrique “mixité des métiers”.

Label “Égalité et diversité”

Le protocole de 2013 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique ne comporte, lui non plus, aucun volet spécifiquement dédié à la mixité des métiers. Seules certaines actions qui y sont inscrites intègrent cet objectif, notamment au travers de campagnes de communication et de formation à la prévention des discriminations et des stéréotypes.

Afin d’y remédier et de mettre les administrations sur la voie d’une véritable mixité des métiers, les corps d’inspections demandent à la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) de réaffirmer l’objectif d’obtention du label “Égalité et diversité” par l’ensemble des ministères. Ce label est octroyé par l’Agence française de normalisation (Afnor) sur la base d’un cahier des charges portant notamment sur les actions en matière de mixité des métiers.

 

ACTEURS PUBLICS-ARTICLE PUBLIE LE MARDI 2 MAI 2017 & BASTIEN SCORDIA

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article