Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Syndicat Force Ouvrière des Services Publics de la Marne

ORGANISATION TERRITORIALE - MAIRIE

20 Juillet 2019 , Rédigé par FO Services Publics 51

À moins d’un an des municipales, une majorité de Français veulent réélire leur maire

 

Selon la dernière enquête réalisée par le Cevipof pour l’Association des maires de France sur les municipales de 2020, une grande majorité des Français veulent que leur maire se représente, alors même que la moitié de ces maires se disent prêts à passer à la main.

Après les maires, les citoyens. En anticipation des élections municipales de 2020, le Centre de recherche sur la vie politique de Sciences Po (Cevipof) et l’Association des maires de France (AMF) se sont intéressés aux attentes des citoyens vis-à-vis de leur maire. Cela fait directement suite à la publication, en novembre 2018, de premiers résultats pour le moins alarmants sur la situation des maires, dont la moitié déclarait ne pas vouloir se représenter en 2020. Cette fois-ci, l’enquête, menée auprès de 15 000 personnes, fait ressortir un constat : à la résignation et à l’incertitude qui se sont emparées de nos édiles, fait écho un besoin de proximité et de reconduction parmi les citoyens.

Au global, les Français sont une écrasante majorité à juger l’action de leur maire et de l’équipe municipale positive. Ainsi, ils sont 63 % à considérer que leur équipe municipale laisse un “bon” bilan, et 12 % pensent même qu’elle laisse un “excellent” bilan. Pour 5 % des interrogés seulement, le bilan du maire est “mauvais”.

 

Maires et équipes efficaces

Des résultats qui restent sensiblement les mêmes selon la taille de la commune. Il n’y a guère que dans les métropoles que le sentiment d’un mauvais bilan est plus répandu. Dans ces métropoles, 34 % des Français estiment que leur maire a accompli un travail médiocre ou mauvais. Alors qu’ils ne sont que 21 % à le penser dans les communes de moins de 2 000 habitants, et 26 % dans les villes moyennes. 

Quant à l’équipe municipale dans son ensemble, les personnes interrogées estiment à 74 % qu’elle “a des projets pour l’avenir de la commune”, à 66 % qu’elle est “présente sur le terrain” et “utilise bien l’argent public”, et à 60 % qu’elle est “proche des préoccupations des habitants”. Sur ce dernier point, les résultats diffèrent sensiblement et sans surprise selon que le sondé habite une grande ou une petite ville. On observe ainsi peu de différence sur les projets d’avenir, mais un écart de 20 points environ entre grandes et petites villes sur la proximité de l’équipe municipale avec les citoyens (47 % pour les villes de plus de 200 000 habitants, contre 67 % pour les plus petites communes) et concernant sa présence sur le terrain.

Comme le pointait déjà le baromètre annuel du Cevipof sur la confiance des Français dans la vie politique, la confiance qu’accordent les citoyens à leurs élus va de pair avec le degré de proximité. À titre de comparaison, moins de 40 % des répondants disent accorder leur confiance aux députés et sénateurs, alors qu’ils sont 55 % à l’accorder à leur conseiller départemental et 71 % à l’accorder à leur maire.

 

Honnêteté et exemplarité

L’étude s’est également intéressée aux critères selon lesquels les citoyens accordent leur confiance à un édile. Les Français attendent en premier lieu qu’il soit honnête (40 %) et qu’il tienne ses promesses (19 %). Le fait qu’il soit de la même sensibilité politique que le sondé ne pèse visiblement pas beaucoup dans la balance, ni même son niveau de compétence. Du moins pas autant que son honnêteté et sa proximité.

Compte tenu de cette perception positive de l’action des maires, les personnes interrogées sont logiquement 58 % à vouloir que leur équipe municipale sortante soit reconduite. “Un tel score en période de crise de la représentation politique – qui rendrait beaucoup d’autres élus fort jaloux – tient non pas du miracle mais de l’attachement à un socle républicain d’une démocratie locale”, analyse Martial Foucault, directeur du Cevipof et coordinateur de l’étude. Un score d’autant plus solide qu’il se maintient “quelsque soient la position socioprofessionnelle, le niveau d’éducation, l’âge, le genre ou encore les orientations politiques des répondants”. Seul le niveau de précarité (mesuré subjectivement) fait diminuer le souhait que le maire se représente et soit réélu.

Pour les prochaines élections municipales, deux priorités d’action sortent du lot : la préservation de l’environnement et la proximité des services publics. Là encore, si les attentes sont globalement partagées par les Français, leur ordre de priorité fait ressortir des différences, notamment entre grandes et petites communes.

Pas friands de décentralisation

“Les citoyens des communes de petite taille attendent du prochain maire autant un engagement sur le maintien et le développement des services de proximité (20 %) qu’une politique environnementale sur le territoire de leur commune (19 %). Pour les communes de plus grande taille, la priorité est accordée avant tout à la préservation de l’environnement (28 %), la sécurité publique (24 %), les services de proximité (22 %) et la baisse des impôts locaux (21 %)”, observe le directeur du Cevipof.

Pour ce qui est de l’évolution de l’organisation territoriale, bien que “la notion de décentralisation” échappe en partie aux administrés, selon le Cevipof, les citoyens interrogés ne sont pas franchement friands de changement. Pas plus que les maires qui, dans l’étude qui leur était consacrée en novembre, étaient nombreux à se méfier des intercommunalités, craignant qu’elles n’exercent une trop grande influence sur leur commune.

De la même manière, près de la moitié des citoyens sondés veulent que leur commune  reste telle qu’elle est. Un quart souhaiterait même qu’elle retrouve davantage de compétences par rapport à l’intercommunalité. C’est un signal fort qui est envoyé à l’endroit du gouvernement, en pleine préparation d’un nouvel acte de décentralisation, qui ne devrait être présenté qu’après les municipales de 2020.

ACTEURS PUBLICS : ARTICLE PUBLIE LE lundi 8 juillet 2019 & EMILE MARZOLF

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article